Glossaire

Glossaire complet

Glossaire A - C

Glossaire D - M

Glossaire N - Z

 

A-C

Retour en haut de page

 

ECA
Abréviation de Enzyme de Conversion de l’Angiotensine ;
Cette enzyme permet la production d’angiotensine II. Elle est présente en quantités élevées dans les poumons.

Inhibiteur de l’ECA
Les inhibiteurs de l’ECA sont des médicaments qui bloquent l’ECA. Les inhibiteurs de l’ECA réduisent la production d’angiotensine II, ce qui abaisse la pression artérielle.

Adiposité/obésité
Les termes surpoids et adiposité sont souvent utilisés à tort comme synonymes. Le surpoids correspond uniquement à un poids corporel excessif, sans jugement. La notion de masse corporelle regroupe les tissus, les graisses, les os et les organes. L’adiposité fait uniquement référence à un excès de graisses corporelles. Même la distinction de l’adiposité (sur la base de l’IMC) fait la distinction entre surpoids et adiposité.
Aujourd’hui, l’IMC est l’indicateur standard, qui est utilisé dans les hôpitaux et qui sert de base pour classifier le surpoids/l’obésité.

Calcul: Indice de masse corporelle (IMC) = poids corporel en kg / taille en m²

Classification de la surcharge pondérale/l’obésité en fonction de l’IMC:

Classification 

IMC 

Maigreur < 18,5
Poids normal 18,5 - 24,9
Surpoids 25,0 -29,9
Obésité de classe I   30,0 - 34,9
Obésité de classe  II 35,0 - 39,9
Obésité de classe  III  >= 40,0
standard:format,2   

Adrénaline/Noradrénaline
Hormones de la médullosurrénale;
Il s’agit de messagers du système nerveux sympathique, qui est responsable de l’élévation de la pression artérielle et de la progression des battements cardiaques.

Angiotensine II
L’angiotensine II est une hormone qui joue un rôle crucial dans la régulation de la pression artérielle. L’angiotensine I peut maintenir élevée et/ou élever la pression artérielle. Elle est synthétisée dans le sang et dans les tissus sous l’influence de l’enzyme de l’ECA.

Aorte
L’aorte est un vaisseau sanguin qui part du ventricule gauche du cœur.

Apnée du sommeil
L’apnée du sommeil est un trouble respiratoire nocturne se traduisant par des pauses respiratoires, des ronflements, une fatigue diurne accrue, et éventuellement par une élévation de la pression artérielle et des troubles du rythme cardiaque.

Arythmie
L’arythmie est un trouble du rythme cardiaque.

Artérioles
Les artérioles sont les plus petites artères qui sont connectées aux grandes artères.
En raison de leur diamètre toujours plus petit, les artérioles sont à l’origine de la pression artérielle.

Artériosclérose
L’artériosclérose est une maladie vasculaire chronique et évolutive.
Des dépôts sur la paroi des vaisseaux sont à l’origine d’un rétrécissement du diamètre des vaisseaux.

Oreillette
Les oreillettes sont les deux cavités supérieures du cœur. Elles reçoivent le sang, qui revient (par les grandes veines) du corps et des poumons vers le cœur.

Fibrillation auriculaire
La fibrillation auriculaire est un type particulier de trouble du rythme cardiaque. Des signaux électriques désordonnés sont déclenchés en succession rapide, ce qui provoque des battements cardiaques irréguliers. Cette maladie peut apparaître tout à coup ou à des intervalles réguliers.
Il s’agit de l’un des troubles du rythme cardiaque les plus fréquents, particulièrement chez les personnes âgées. Environ 9 % des personnes de 80 ans et plus en sont affectées.
Les causes de la fibrillation auriculaire sont:

  • Valvulopathie cardiaque
  • Anomalie des vaisseaux coronaires causée par de l’artériosclérose
  • Infarctus du myocarde
  • Insuffisance cardiaque
  • Hypertension
  • Artérite myocardique
  • Hyperthyroïdie

 

Chez 10 à 15 % de tous les patients atteints de fibrillation auriculaire, il n’existe aucune cause organique. Ce trouble du rythme cardiaque ne survient généralement que pendant une durée limitée.

Trou auscultatoire
Parfois, lors de la mesure de la pression artérielle, aucun bruit de Korotkoff n’est audible durant la phase de déflation. Ce cas de figure peut se produire chez les patients atteints de pression artérielle très élevée ou d’artériosclérose. Lors de la mesure avec un stéthoscope, le médecine/pharmacien peut aisément entendre/repérer le trou auscultatoire.

Instruments d’auscultation
Les stéthoscopes et les sphygmomanomètres à mercure sont rassemblés dans une catégorie. Ils ont en commun que les valeurs de pression artérielle (systole et diastole) sont rendues audibles par un stéthoscope, permettant ainsi d’être identifiées acoustiquement/manuellement.

Pression artérielle
La pression artérielle est la pression qui règne au sein des vaisseaux sanguins (aorte et artères).
Elle est responsable de la propulsion du sang dans les vaisseaux sanguins. La pression artérielle systolique est maximale lorsque le muscle cardiaque se contracte. La pression artérielle diastolique est plus basse et s’observe lorsque le muscle cardiaque se relâche.

Pontage
Opération destinée à dériver la circulation sanguine d’une artère obstruée en la faisant passer par un vaisseau sanguin ou une artère du corps ou par un tube synthétique artificiel.

Capillaires
Les capillaires sont les plus petits vaisseaux qui connectent les artères et les veines.
Ils sont chargés du métabolisme des tissus en leur fournissant les nutriments provenant du sang artériel et en absorbant les déchets dans le sang veineux.

Insuffisance cardiaque
Affection qui se produit lorsque le cœur n’est pas capable de faire circuler le sang nécessaire aux besoins de l’organisme.

Cholestérol
Le cholestérol est une substance graisseuse essentielle qui est l’un des principaux constituants de la paroi des cellules. Il joue également un rôle important dans la fabrication de certaines hormones et de la vitamine D.

Contraction
Par exemple, contraction du muscle myocardique afin de pomper du sang frais enrichi en oxygène dans la circulation sanguine.

 

D-M

Retour en haut de page

 

Diastole
La phase de relâchement du muscle cardiaque est appelée diastole.

Echographie duplex
Examen ultrasonique lors duquel les vaisseaux examinés, la vitesse du flux sanguine et la direction du sang sont visibles sur un écran.

Hypertension essentielle
Dans plus de 80 % de tous les cas d’hypertension diagnostiqués, aucune cause organique n’est trouvée. On parle alors d’hypertension primaire ou essentielle. Bien que les causes de ce type d’hypertension ne soient pas encore identifiées, les experts scientifiques supposent que le surpoids, le stress et le manque d’activité physique sont des facteurs favorisants.

Extrasystoles
Contractions prématurées du cœur ; elles peuvent être perçues comme des palpitations.

Logique floue
La logique floue est un algorithme d’intelligence artificielle qui évalue les données obtenues d’un appareil de mesure pour convertir les impulsions en tracés qui sont affichés sur un écran.

HDL
Abréviation pour les lipoprotéines de haute densité (High Density Lipoproteins en anglais);
Le cholestérol HDL a un effet positif sur la santé.

Infarctus du myocarde
Fait référence à la mort de tissu myocardique provoquée par un approvisionnement insuffisant en sang.
Un infarctus du myocarde se produit lorsqu’un vaisseau coronaire est obstrué. Souvent, un caillot sanguin qui se greffe sur des vaisseaux sanguins artériosclérotiques déjà rétrécis en est à l’origine.

Ventricules
Deux des quatre cavités du cœur sont appelées ventricules. Ces ventricules collectent le sang durant la phase diastolique, puis elles se contractent pour pomper le sang dans l’organisme. Le ventricule droit pompe le sang dans la petite circulation ou circulation pulmonaire alors que le ventricule gauche pompe le sang dans la grande circulation.

Troubles du rythme cardiaque
Perturbation des battements réguliers du cœur.
Il est possible de faire la distinction entre les extrasystoles et les battements cardiaques trop rapides/trop lents, réguliers/irréguliers.
Les troubles du rythme cardiaque peuvent à la fois être inoffensifs ou dommageables.

Valves cardiaques
Elles se chargent de diriger le flux sanguin dans le cœur. Elles fonctionnent comme une sorte de valve d’admission entre les oreillettes et ventricules de même comme une valve d’échappement entre le ventricule gauche et l’aorte ou entre le ventricule droit et l’artère pulmonaire.

Hypertension
Elévation constante de la pression artérielle.

Crise hypertensive
Elévation soudaine de la pression artérielle, associée à de multiples troubles typiques tels que malaise, dépression respiratoire, oppression thoracique, troubles du rythme cardiaque, vertiges ou sensation de nausées.

Hypotension
Baisse de la pression artérielle à des valeurs inférieures à 105/60 mm Hg.
L’hypotension peut être causée par une baisse de l’activité du cœur ou par un antagonisme trop faible des vaisseaux. Ce dernier cas de figure est à l’origine de problèmes lorsque le patient se lève trop rapidement. Même les sportifs peuvent souffrir d’hypotension, même si bien souvent, aucun trouble spécifique ne survient.
Dans d’autres cas, la personne affectée se plaint de vertiges, de fatigue, d’une sensation d’adynamie, d’évanouissements, de pertes de conscience, de pâleur ou d’une difficulté à sentir le pouls.

Insuffisance
Fait référence au non fonctionnement ou au fonctionnement limité des organes.

Hypertension d’origine rénale
Forme secondaire d’hypertension résultant d’une atteinte du tissu rénal ou du rétrécissement d’une artère rénale (sténose de l’artère rénale).

Korotkoff
Nikolai S. Korotkoff – médecin russe (1874 - 1937)
Le « bruit de Korotkoff » apparaît à l’auscultation lorsque le brassard du tensiomètre se dégonfle. Dès que le bruit est audible, la pression artérielle systolique est obtenue. Lorsque le bruit disparaît, la valeur diastolique est obtenue.

Syndrome métabolique
Le syndrome métabolique correspond à la présence concomitante de surpoids, d’hypertension, d’une glycémie élevée, d’une résistance à l’insuline ou de diabète.

Brassard de mauvaise taille
Correspond à l’utilisation d’une taille de brassard inappropriée.
Le brassard est soit trop grand soit trop petit. Ces deux situations conduisent à des résultats erronés.

mm Hg

  • Unité de mesure de la pression artérielle
  • Signifie millimètre de mercure
  • Remonte à la période où la pression artérielle était mesurée en utilisant des instruments de mesure en mercure

 

N-Z

Retour en haut de page

 

Biais de l’observateur
Constitue la principale source d’erreur lors de la mesure manuelle (auscultatoire) de la pression artérielle.Il est souvent causé par une lecture incorrecte des résultats (lecture incorrecte – bruit de Korotkoff versus valeurs affichées).

Oscillation
Correspond à la description générale de scènes / procédures se répétant périodiquement.

Oscillomètre
Au moyen d’un brassard en caoutchouc, l’artère dans le bras ou le poignet est compressée. Au fur et à mesure que le brassard se dégonfle lentement, le sang commence à recouler à travers l’artère. L’appareil enregistre les fluctuations dans les parois de l’artère, qui sont générées lorsque le sang recommence à couler à travers l’artère. Ces fluctuations, également appelées oscillations, sont d’abord fortes, puis elles diminuent et cessent complètement lorsque le sang coule à nouveau normalement au sein des vaisseaux sanguins. A partir du graphique typique des oscillations, la pression artérielle systolique et diastolique est calculée en utilisant une formule, qui est appelée algorithme.

Méthode de mesure oscillométrique
Les oscillomètres mesurent la pression artérielle en compressant l’artère au moyen d’un brassard. Au lieu d’enregistrer le pouls acoustiquement, les oscillations de l’artère sont collectées et évaluées. Ces oscillations de la paroi artérielle se produisent lorsque l’artère est compressée par le brassard et que le sang commence à circuler avec le dégonflement du brassard. Les oscillations sont maximales lorsque le brassard se dégonfle et elles cessent lorsque le brassard est totalement dégonflé et que le sang coule à une vitesse régulière à travers l’artère/les vaisseaux sanguins. Les oscillations se traduisent par une progression typique de la courbe. Sur la base de cette courbe et d’une formule mathématique, un algorithme, la pression artérielle systolique et diastolique est calculée, puis affichée sur l’écran.

Brassard trop grand
Si le brassard est trop grand par rapport au bras, les experts parlent de „over-cuffing“. Dans ce cas, la pression artérielle réelle est sous-estimée et il peut y avoir des déviations allant jusqu’à 10-30 mm Hg. Ainsi, les valeurs de pression artérielle affichées à l’écran sont plus basses que la pression artérielle réelle.

Synchronisation du pouls
Un tensiomètre automatique a besoin d’un certain nombre de signaux de pouls pour être capable de calculer la pression artérielle. Plus le nombre de signaux est élevé, plus les résultats sont précis. Avec un dégonflement constant du brassard (vitesse de dégonflement du brassard, mesurée en mm Hg/sec, qui est techniquement forcée), l’appareil obtient moins de signaux lorsque le patient a un pouls faible et lent et il obtient plus de signaux lorsque le patient a un pouls élevé.La synchronisation du pouls fait correspondre la vitesse de dégonflement avec la fréquence individuelle du pouls du patient. Un pouls élevé résulterait en un dégonflement plus rapide, tandis qu’un pouls lent résulterait en un dégonflement plus lent.Pour cette raison, la synchronisation individuelle du pouls garantit « les mesures les plus rapides possibles avec une amélioration de la précision de mesure ».

Récepteurs
Font partie de la paroi des cellules qui peuvent lier des messagers ou des médicaments. Les agents bloquants peuvent se fixer aux récepteurs, empêchant ainsi les messagers ou les médicaments d’agir.

Hypertension secondaire
L’hypertension secondaire peut être causée par certains médicaments, comme les médicaments hormonaux (pilule contraceptive, corticoïdes et autres). Certains troubles métaboliques et certaines maladies métaboliques ou vasculaires, l’artériosclérose et d’autres maladies rares peuvent également provoquer ce type d’hypertension.

Pression de gonflage autodéterminée
Afin d’obtenir des résultats de mesure fiables, Tensoval gonfle le brassard à une pression supérieure de 30 mm Hg par rapport à la pression systolique ; initialement, la pression du brassard est généralement de 190 mm Hg. Si cette pression n’est pas suffisante pour déterminer la pression artérielle du patient, Tensoval continue à gonfler le brassard de 30 mm Hg par session. Particulièrement en cas d’hypotension, le gonflement peut être interrompu en appuyant sur le bouton START/STOP peu après le début du processus de mesure jusqu’à ce que le gonflement souhaité soit atteint. Il est impossible d’obtenir un premier gonflement de moins de 190 mm Hg.

Accident vasculaire cérébral
Correspond à la mort des cellules cérébrale causée par l’interruption de la circulation sanguine ou par une hémorragie dans les cellules cérébrales (hémorragie cérébrale). Une artère obstruée ou éclatée peut en être à l’origine. L’hypertension est l’une des principales causes d’accident vasculaire cérébral.

Systole
Phase durant laquelle les cavités cardiaques se contractent et pompent le sang dans la circulation sanguine.

Brassard trop petit
Erreur la plus fréquente lors du choix d’un brassard, particulièrement lorsque l’utilisateur souffre d’obésité. Le brassard est trop petit par rapport à la circonférence du bras. Ce cas de figure conduit à des valeurs de pression artérielle surestimées, ce qui signifie que les valeurs mesurées sont jusqu’à 30 mm Hg trop élevées par rapport à la pression artérielle réelle.

Système nerveux végétatif
Il s’agit d’un système nerveux fonctionnant en autonomie, indépendamment de la volonté, qui est composé du système nerveux sympathique, du système nerveux parasympathique et d’un système de guidage complexe.

Veines
Vaisseaux qui transportent le sang des parties du corps vers le sang. Les plus grandes veines sont la veine cave supérieure et la veine cave inférieure. Elles s’abouchent directement dans l’oreillette droite.

Effet « blouse blanche »
On parle d’effet « blouse blanche » lorsque les résultats de mesure chez certains patients sont plus élevés lorsque la mesure a été prise par un médecin à l’hôpital ou dans un cabinet médical. L’une des principales raison est que ces patients sont généralement nerveux ou excités lorsqu’ils sont au cabinet médical, ce qui tend à se traduire par des résultats plus élevés qu’ils ne l’auraient été par ex. si le patient avait mesuré lui-même sa pression artérielle à la maison.