Hypotension et voyage

Pour de nombreuses personnes atteintes d’hypotension artérielle, il n’est pas question de voyager dans des pays où le climat est chaud et lourd car les troubles circulatoires augmentent nettement avec la chaleur.

En effet, les personnes très sensibles à la chaleur tolèrent mieux les climats plus tempérés. Néanmoins, les personnes atteintes d’hypotension ne doivent pas renoncer aux bains de soleil et aux plages bordées de palmier si elles respectent certaines mesures de précaution. Grâce à quelques astuces simples, il est possible de ne pas aggraver les troubles circulatoires lors de vacances à la mer.

En cas de vacances vers des destinations lointaines l’hiver, de nombreux touristes en emportent des vêtements trop chauds. Les vêtements légers et amples empêchent la chaleur de s’accumuler en-dessous, dans quel cas les vaisseaux sanguins se dilatent, résultant en une chute de la pression artérielle.

Si les médicaments vous aident lors des périodes d’hypotension, n’oubliez pas de les emporter dans votre kit de premiers secours.

 

A la plage

Dorer au soleil durant des heures provoquera une baisse de votre pression artérielle. A la place, soyez actif et faites des pauses à l’ombre. A la mer, sans que vous vous en aperceviez, vous éliminez une grande quantité d’eau sous forme de transpiration. Pour cette raison, veillez à boire suffisamment et remplissez vos réserves sodiques vides en mangeant des snacks épicés.

Lors de la visite d’un musée ou d’une excursion touristique, ne restez pas immobile durant une période prolongée, mais faites des pas lents ou mettez-vous régulièrement sur vos pointes de pied. De cette façon, la pompe musculaire dans les mollets permet au sang dans les jambes d’être pompé en direction du cœur.

Même si les spécialités culinaires locales peuvent être tentantes, sachez que les repas copieux riches en graisses retiennent le sang dans la cavité abdominale pendant une longue durée. Optez plutôt pour plusieurs petites portions de nourriture légère réparties sur toute la journée.

 

Dans l’avion

L’air est rare et sec dans un avion : avec une humidité de 3 à 10 %, le climat est similaire à celui d’un désert situé à une altitude de 3000 mètres.

L’apport réduit d’oxygène durant le vol, associé à une déshydratation et à un manque de mouvements, peuvent causer une diminution de la pression artérielle. Ainsi, buvez au moins 100 millilitres par heure (correspond à un petit verre), même si vous n’avez pas soif. L’eau minérale et les jus sont les boissons les plus appropriées. Evitez l’alcool et le café car ils ont une action déshydratante supplémentaire. Les bas de compression élastiques préviennent les troubles circulatoires et les thromboses. Par ailleurs, passez-vous de somnifères et de tranquillisants.

 

A l’hôtel

Les températures élevées durant la nuit peuvent intensifier les problèmes de chute de pression artérielle au lever et de fatigue matinale. Par conséquent, prenez votre temps et restez assis au bord du lit pendant quelques instants avant de vous lever.

Incluez des activités sportives dans votre emploi du temps. Elles vous aideront à vous habituer au climat. Les sports d’endurance comme la natation (dans la piscine de l’hôtel, par ex.) ou la marche rapide (sur la plage, le matin ou le soir, par ex.) sont parfaits. Durant les premiers jours, il est préférable d’éviter les sports intenses comme le footing ou l’aérobic.