Traitement de l’hypertension

Tous les traitements antihypertenseurs visent à réduire le risque de maladies secondaires. A cet effet, une pression artérielle normale inférieure à 140/90 mm Hg est généralement ciblée ; chez les patients atteints de diabète de type II (diabète souvent causé par l’âge et par un mode de vie malsain), l’objectif est d’atteindre une pression artérielle inférieure à 140/85 mm Hg, tandis que chez les personnes souffrant d’une maladie rénale, une pression artérielle inférieure à 125/75 mm Hg est préconisée. Le traitement est instauré indépendamment de la présence ou non de symptômes visibles car au début, l’hypertension n’entraine généralement aucun symptôme. La décision du traitement médical tient non seulement compte du niveau de pression artérielle mais également du profil global de risque, qui correspond à la somme des facteurs de risque cardiovasculaire individuels du patient (par ex. obésité, diabète et antécédents médicaux d’infarctus du myocarde ou d’accident vasculaire cérébral révélés à l’anamnèse).

La persévérance est essentielle
Rappelez-vous que, même si vous n’avez pas de symptômes, l’hypertension non traitée exerce à terme des effets plus ou moins délétères. Lorsque vous les remarquez, ces dommages sont généralement irréversibles. Par contre, si l’hypertension est traitée à temps, les risques qui y sont associés peuvent être maîtrisés. A cette fin, il est généralement nécessaire de suivre un traitement à vie. Si nécessaire, votre motivation (observance) peut être améliorée par le biais d’entretiens individuels et de groupes, ainsi que par des discussions entre votre médecin et vous. Le succès du traitement, à savoir la baisse de la pression artérielle, doit être vérifié régulièrement par le médecin et le traitement peut être ajusté. L’adoption d’un mode de vie sain vous permet de prendre vos médicaments antihypertenseurs à la posologie la plus basse possible.

Pour la surveillance des effets du traitement, en plus de mesure régulière de la pression artérielle par le médecin, l’auto-surveillance de la pression artérielle à domicile et l’enregistrement de la pression artérielle sur 24 h (durant les activités quotidiennes et durant le sommeil nocturne) se sont imposées comme des méthodes de mesure complémentaires majeures. Les patients qui mesurent leur pression artérielle eux-mêmes devraient bénéficier de conseils détaillés sur la technique de mesure.