Potentielles atteintes du cœur liées à l’hypertension

Non traitée, l’hypertension peut avoir des répercussions cardiaques négatives.

Plus la pression artérielle est élevée, plus le cœur doit travailler (c.-à-d. le ventricule gauche) pour pomper le sang dans l’artère principale (aorte). Le muscle cardiaque doit s’adapter à cet effort accru avec le temps et il s’épaissit. En plus de cet épaississement des fibres du muscle cardiaque (hypertrophie du muscle cardiaque), le tissu conjonctif entre les fibres musculaires se développe davantage. Il s’agit du « cœur hypertendu ».

Le muscle cardiaque devient plus raide suite à ces processus de reconstruction. Le patient hypertendu s’en aperçoit en raison d’une dyspnée à l’effort. Un autre problème est que le flux sanguin à destination du cœur ne progresse pas à la même allure que la croissance du muscle cardiaque. Les plus petites artères irriguant le muscle cardiaque sont souvent oppressées par la pression élevée (microangiopathie), de telle sorte que l’approvisionnement en oxygène et en nutriments des couches profondes du myocarde peut être compromis. Pour cette raison, les patients hypertendus ressentent souvent des douleurs thoraciques. En l’absence de traitement, une insuffisance cardiaque chronique se développe, accompagnée d’une augmentation du volume des ventricules.

Par ailleurs, les patients atteints de « cœur hypertendu » présentent très souvent une arythmie (troubles du rythme cardiaque) sous forme d’extrasystoles et de fibrillation auriculaire. L’hypertension favorise également un durcissement des artères (artériosclérose) ; la lésion artériosclérotique des artères coronaires est appelée artériosclérose coronaire et elle constitue un facteur de risque majeur de cardiopathie coronaire, avec des constrictions thoraciques douloureuses (angine de poitrine) et d’infarctus du myocarde.

Conséquences de l’hypertension